Alecto

June 26th, 2009


Un groupe de musique baroque

J’aime. « La Place Clichy, pour moi : c’est Paris ! » Françoise Vidonne n’y a que des bons souvenirs. « Les gens n’ont pas peur de s’y rencontrer. On connait tout le monde et ce n’est pas encore trop boboïsé. »

Je suis. Chanteuse dans un groupe baroque, François Vidonne travaille aujourd’hui avec trois musiciens professionnels, comme elle (auparavant elle inventait des couleurs pour une entreprise de peinture). Pourquoi ont-ils choisi de se présenter sous le nom d’Alecto ? « Alecto*, c’est une furie qui rend les gens fous mais qu’on peut calmer, charmer, seulement par la musique. Purcell l’évoque Purcell dans une de ses pièces. » Cette gueule de gorgone va nous charmer donc. Alecto jacta est !…

Le 28 juin. Avec les couleurs de la voix de Françoise Vidonne nous découvriront des instruments des 16 e et 17 e siècles : Jérôme Chaboseau à la viole de gambe, Jon-Michael McLean au théorbe et Sébastien Maugenest à l’épinette.

*  « L’implacable » en grec ancien

Le Festival 2009, Les artistes

Nadja

June 26th, 2009

Chanson française avec swing, bossa, jazz, etc…

nadjaandcoJ’aime. « Ce que me rappelle la Place Clichy ? Une histoire d’amour !… » Et elle rit Nadja (prononcez Na-dia), elle rit de bonheur même si elle « n’aime pas trop cette place où il y a beaucoup de bruits, de voitures ». Mais quand on aime on n’entend plus les bruits des autres, seulement celui de son cœur. D’autant qu’il y a cette Librairie de Paris où elle « se perd souvent » et le Cyrano où elle aime « prendre un pot avec les copains ».

Je suis. Nadja est « chanteuse semi-professionnelle », mais elle aimerait bien « ne faire que ça », « en vivre, pourquoi pas ?» En attendant, elle travaille au Bistrot des Dames. Elle aime Gainsbourg, Brassens mais aussi Emilie Loizeau, Camille et tant d’autres. Et ce sont des rencontres avec Alexandre Josso, un auteur, Rachid Sefrioui, un compositeur, et quelques autres, qui l’ont jeté dans le bain de la chanson française. Une chanson qu’elle aime mâtinée de swing, de jazz, de bossa nova. Si certains artistes lui ont écrit des chansons, elle est elle-même auteur-compositeur-interprète. Nadja aime raconter des histoires, certaines légères, voire drôles, d’autres moins, dans ses textes.

Le 28 juin. Ne ratez pas « La racine », une jolie chanson où elle évoque sa personnalité double : Nadja est née d’un père algérien, qui lui a donné un nom russe, et d’une mère normando-bretonno-parisienne ! Elle sera accompagnée d’un guitariste et d’un pianiste.

Le Festival 2009, Les artistes

Mathieu Kassimo

June 26th, 2009

Théâtre avec Feydeau

J’aime. La Place Clichy c’est un peu sa deuxième maison. Une toute petite maison : le kiosque qu’animait Omar et son père Patrice. S’il habite dans le 19e Mathieu Kassimo est très attaché à ce bout d’asphalte où il voyait son père s’escrimer avec les journaux et les clients. « J’ai un souvenir plus récent, celui d’un tournage de film avec Jean-Hughes Anglade. Mon père faisait de la figuration dans son kiosque. Je suis resté là quatre heures de rang. » Est-il nécessaire de préciser que Mathieu adore le cinéma et ne rêve que d’en faire ?

Je suis. « Je n’ai plus qu’à trouver du boulot. » Mathieu Kassimo vient tout juste de finir ses études de théâtre à l’Ecole Claude Mathieu dans le 18e. Après deux auditions il vient d’être retenu pour un projet de théâtre à Genève. Six mois à travailler pour monter La ronde de Schnitzler qui sera donné en juin-juillet 2010. Mais ce dont rêve le jeune comédien c’est d’abord du cinéma sur les traces d’Al Pacino, Burt Lancaster, Gary Cooper ou Errol Flynn sous la direction – pourquoi pas ? – de Steven Spielberg. Et des réalisateurs français ? « Ceux que j’aime sont tous morts ! ». Habile, il ne se brouille avec personne ainsi.

Le 28 juin. « Nous allons donner une scène du Dindon de Feydeau avec Lisa. Je l’avais fait travailler à mes camarades d’école. »

Le Festival 2009, Les artistes